Les Complexités d’un mariage à l’étranger

Techniquement parlant, ce n’est plus un mariage à l’étranger, car je suis française depuis le 10 juin! Même si je me sens chez moi en France depuis quelques années maintenant, ce fait n’est pas négligeable—je suis réellement chez moi selon le gouvernement français !

Et pourtant pour ma famille, et quelques uns de mes amis, la France est bel et bien un pays étranger. Un pays qu’ils aiment—nous avons toujours été francophiles—mais un pays étranger tout de même.

Pourquoi est-ce que ça complique les choses? Je vais tenter de l’expliquer…

1) Les préparatifs. Comme je l’ai déjà dit, j’ai pris plaisir à mélanger des traditions en préparant le mariage, mais ça n’a pas forcément été facile. Les blogs de mariage, tellement utiles et rassurants lors des préparatifs, sont forcément dirigés vers une culture ou une autre. Il y a beaucoup de tendances “américaines” qui commencent à apparaître en France, et qui ont l’air très modernes ici même si elles sont déjà devenues quasi-obligatoires aux USA : la cérémonie laïque, la cabine photo, le livre d’or original, le DIY partout… et j’en passe. Mais ce que j’aurais aimé lire, c’est un blog “Comment faire un mariage franco-américain,” avec des articles du genre “Comment faire un vin d’honneur DIY avec des spécialités de la région,” “Comment ne pas choquer tes invités américains avec des jeux ringards pendant le repas,” “Comment mettre de la musique hip-hop pendant ta soirée dansante sans faire peur aux invités français,” ou encore “Comment convaincre tes invités américains de rester jusqu’au bout de la nuit à ton mariage français.” Eh bien vous avez bien deviné, ce blog, il n’existe pas. Il faut tout faire à l’ancien, et prendre ses décisions comme un grand.

2) Les préparatifs et la famille. Avant de me rendre compte des réalités budgétaires d’un mariage (et oui c’est VRAIMENT TRES CHER UN MARIAGE), je me suis toujours dit que j’en ferais deux, avec un mariage civil en France et une fête après au Texas. Quand, plus jeune, j’imaginais mon éventuel mariage, j’imaginais quelque chose au milieu du “Hill Country” texan au mois d’avril, au milieu des fleurs. Le printemps texan est réellement époustouflant. Tu vois les champs de lavande de Provence et les mariés chinois qui traversent le monde pour prendre des photos là-bas? Ils ont tort, car le Texas est encore plus beau que ça au mois d’avril. Et quand ma mère a compris que nous n’allions pas pouvoir faire quelque chose au Texas, elle a été réellement triste. Le mariage de sa fille peut être aussi un rêve pour la mère, et ça a été dur pour la mienne de ne pas pouvoir être avec nous pour choisir la robe, les fleurs (surtout qu’elle s’y connait beaucoup mieux que moi), même si j’ai essayé de l’impliquer comme j’ai pu.

3) L’installation du mariage. La semaine prochaine commencera pour nous la vraie mise en place du mariage. La veille, il y aura trente milles trucs à aller chercher (d’accord, ok, pas trente milles mais au moins cinq en plus de la déco : fût de bière, sono, plats du retour dimanche, nappes, cadeaux pour les invités…). Et devine quoi? Pour aller les chercher il faut 1) conduire une voiture manuelle et 2) parler français! Alors je ne peux pas attribuer n’importe quelle tâche à n’importe qui juste parce que cette personne (indispensablement gentille) peut aider!

4) La préparation de la famille du jour-j. Je vais encore parler de ma pauvre maman. Ma mère voudrait se faire coiffer le jour de mon mariage, une demande que je trouve tout à fait raisonnable—après tout, j’espère ne me marier qu’une fois, et je suis sa seule fille. Et pourtant ma coiffeuse est toute seule le jour du mariage, et je n’ai pas envie de laisser ma mère toute seule chez la coiffeuse, ni d’y aller perdre une heure à regarder et interpréter ! On va trouver une solution, comme toute la famille s’est mise à apprendre le français, mais je pense que vous comprenez, ce n’est quand même pas simple.

Bien sûr, en fin de compte, comme dans ma vie quotidienne, le mélange de français et d’américain est plus une joie qu’un casse-tête, sinon, je ne serais pas restée en France ! Et je ne veux pas me plaindre d’avoir trouvé la personne avec qui je veux passer ma vie et qui a accepté de le faire et de le fêter devant tous nos proches. Mais il y a peut-être un article “comment faire un vin d’honneur DIY” à venir très prochainement, du moins, si on le réussit…

(Pourquoi j’ai écrit cet article en français? Je ne sais pas, ça m’est venu comme ça… et puis je suis française maintenant, donc j’ai sûrement le droit?)

Advertisements

5 thoughts on “Les Complexités d’un mariage à l’étranger

  1. Laurel says:

    Tu sais qu’Ed peut conduire une voiture manuelle? Et moi je parle français. Alors entre les deux nous faisons une person utile en entier 😉

  2. Moi je cherche désespérément le blog qui m’explique comment convaincre ses amis français qu’un mariage britannique peut très bien finir à minuit, que quand les gérants du lieu disent qu’il ne faut pas faire trop de bruit après 23h ils ne feront pas d’exception “parce que c’est un mariage” (ils ont des mariages tous les week-ends et ils finissent à 23h, sans trop de bruit) et que quand la loi dit de ne pas boire de l’alcool avant de conduire, une demi bouteille de vin, c’est bien de l’alcool … Maybe we need to start a new blog together!

What do you think?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s